Tout-est-Un

Au centre du silence
 
J'entends Ta douce voix
 
A la cime de l'esprit
 
J'adore Ta présence.

 

*

"Si la splendeur de mille soleils s’élevait dans le ciel, cela pourrait approcher la splendeur de l'Aman." (Bhagavad Gita)

*

A celui dont le mental est pur, tout est accessible et même s'il n'y a pas de sages présents, le son de l'enseignement juste (dharma) résonne depuis les tréfonds du coeur. (Sarasvati Gita)

*

"Le monde est donc conscience."  (Siva Sutra)

*

"La pratique intérieure va permettre la descente de l'Adi Shanti, la Paix originelle, parfum de l'Atma."

 

*

Au coeur de la joie, 

je ne suis rien et je suis tout

*

La Connaissance Suprême ne vient pas au moyen de quoi que ce soit.

La Connaissance Suprême se révèle d'elle-même.

Mais, pour dissoudre ce qui voile,

certaines pratiques spirituelles sont opportunes.

(Sarasvati Gita)

*

 

Tout est pure conscience. Il n'existe q’une seule et même réalité, présentée sous des aspects différents. Comme l’eau et la glace sont de même nature, mais exprimés différemment.
Il n’y a pas de séparation. Toute idée de séparation est une perception qui provient du mental. Or nous vivons essentiellement enfermé dans notre monde mental. Que se passe t-il quand on découvre que tout est Conscience pure ?
Vous cessez de souffrir. La douleur physique peut continuer dans le corps, mais toute la souffrance générée par le mental cesse. L’ampleur de cette souffrance est infiniment plus importante que celle de la douleur.
Lorsque vous avez réalisé que vous êtes conscience pure, vous cessez d’être en proie aux émotions, aux peurs, aux soucis...
La pure conscience est éternellement pure. Elle est éternellement immaculée et imperturbable.
C'est ce que nous sommes ! 
 
 

 "le chemin de la joie d'être soi n’est pas un chemin parsemé de pétales de rose.C'est un chemin de feu, un parcours dans le désert... " (Patrick Vigneau)

"Vous n'êtes prisonniers de rien d'autre que de vos pensées Vous n'avez à vous libérer de rien d'autre que de vos pensées. Voilà la vérité. Et vous n'avez pas d'autre problème que celui de vos pensées." (Manoharan)

Le mental pense, c'est sa fonction. Il pense et s'il n'est contrôlé, il tourne en rond et surchauffe. Mais si on le garde détendu,  on peut utiliser sa faculté de réfléction comme un bon outil. Dans une tâche simple de notre vie courante ou pour réfléchir à un problème de mathématique, le mental est une bonne chose.
La Vie nous a créé tel que nous sommes, tout ce qui nous fait est important et nous permet de retrouver la conscience et de retourner à Lui en en étant conscient. Tout est important. Le corps estimportant, il doit être protégé, soigné, entretenu pour être en bonne santé.
Si on veut plonger dans la Béatitude, dans la vacuité, dans cet espace où il n'y a plus de pensée, il est nécessaire de s'extraire du mental, d'en sortir, de se mettre à côté. Mais si on utilise le mental pour sortir du mental ça ne peut pas marcher !
Nous avons sur la Voie des techniques qui n'utilisent pas le mental justement et c'est pour cela que ce n'est pas si difficile d'en sortir...bien sûr il y a des conditions à remplir mais ce n'est pas si difficile d'en sortir un peu et de prendre du recul, d'arriver à avoir cette distance par rapport au mental.
Le mental fabrique des concepts avec ses pensées, ce mot est d'ailleurs souvent mal compris, comme souvent. Un concept, c'est quand on pense à propos de quelque chose, quand on est dans l'action, ce n'est plus un concept.
Par exemple quand on dit "je t'aime", on peut le répéter autant de fois qu'on veut, cela reste un concept tant qu'on le dit ou qu'on le pense mais quand on agit, qu'on fait quelque chose, qu'on prouve notre amour par un acte et bien c'est réel, ce n'est plus un concept.
C'est pareil pour Dieu. Tant qu'on pense à Lui, qu'on dit, qu'on réfléchit à son sujet, ça reste un concept mais quand on pratique comme nous le faisons, on est plus du tout dans l'ordre de la pensée, on s'en écarte justement, on s'extrait de nos pensées pour nous unir à cette part de divin qui est en nous. Ce n'est plus un concept mais un acte.
 

https://patrick-vigneau.over-blog.com/tout-est-un

La vérité est une, bien que multiples soient ses formes
 
Que signifie ce terme  "Non dualité, ou Advaita ?"
 
Mais avant cela,que signifie "la dualité" ?
Le Deux implique à la fois la complémentarité et la division. La dualité c’est la tendance de l‘homme à créer dans son esprit une autre réalité que la Réalité.
Il crée en permanence un autre monde dans lequel il justifie tout et surtout il nie ce qui ne lui convient pas ! 
L’homme se met alors à penser le monde plutot que de le voir de façon directe.
Ce mécanisme est mis en place par le mental.
La discipline transmise par l’Advaita Vedānta mène à se libérer de cette illusion. 
Le mental ne recherche que l’agréable et fuit le désagréable.
Cette attitude mène à des tensions , des conflits et font de la vie un combat continuel contre la vie qui est. 
De ses tensions mentales naissent des insatisfactions et des souffrances.
Être libre du Mental, voilà ce qui est proposé par  la voie Spirituelle de l'Adaita-védanta ! L'homme qui est libre du mental et qui est présent totalement à la vie, sans jugement, est appelé un sage éveillé.

*

Tout être humain est la pure conscience, la pure béatitude, mais le mental crée l'illusion d'une individualité séparée..

 Depuis des siecles le message non-duel est porté par deux traditions: l'Advaita shivaïste et le Vishistadvaita. L'un représentant la non-dualité stricte et l'autre la non-dualité qualifiée

 *
Leur message universel est simple :
notre moi n'est rien et en même temps il est l’absolu lui-même.
Leur démarche expose la vraie nature du Soi.
Il indique les processus favorisant la (re)connaissance de cette vérité que nous sommes: clarté inéfable de l’Être.
 Nous sommes déjà libres, et nous pouvons le découvrir en ramenant notre attention sur la Conscience d'être.
La reconnaissance de l'absolu permet de se désindentifier de l’irréel.
L'Absolu
Cet Absolu est pure présence non-duelle.
Il ne peut pas y avoir de distinction réelle entre l'absolu et le relatif,
sinon l'absolu n'est plus absolu.
Si on dit l'absolu et le relatif, cela signifie : ici l'absolu s'arrête et là le relatif commence;
cet absolu ne peut donc plus être considéré comme absolu.
 
L'absolu contient le relatif, mais le relatif ne peut pas exister sans l'absolu.
Le relatif est la manifestation de l'absolu.
Il n'y a pas d'un côté l'océan et de l'autre les vagues.
L'océan est manifesté dans les vagues, les vagues sont dans l'océan.
L'Un
 
Cette conscience de l'Absolu est le but de tous les yogas.
En cet état, le moi n'est plus, seul l'être demeure.
La réalité de la dimension non-duelle peut se révéler pendant à une très très profonde relaxation... consciente, qui correspond à un total lâcher-prise, appelé aussi l'Abandon.
En effet, en vivant l’instant présent, totalement détendu, l'esprit libre, nous avons le ressenti essentiel que tout est un.
Il n'y a plus de projections du mental.
La sensation du moi s'évanouit, seule demeure une pure présence d'être.
 
Présence qui est joie.
 
Cette intime présence d'être est notre nature originelle.
Nous pouvons la retrouver par la voie de la connaissance du coeur, ou Bhakti et Jnana se rejoignent, et qui nous donne naturellement accés à cette profondeur
où le moi individuel (atman) n'est pas séparé du Tout (Brahman)." 
Ni pensée ni langage de l'esprit ne peut expri­mer pleinement la Réalité -
Réalité qui est au-delà de la connaissance relative.
Toutes les perceptions mentales ne sont que des vérités partielles,
aussi ne pourront-elles jamais exprimer pleinement la réalité transcendante
qui est joie infinie.
 

Ce moment où la grâce emplit tout

 

Derrière les apparences diverses de l’univers,

se trouve la réalité d’une Conscience unique.

*

Cela commence par un questionnement.

*

La Non-dualité, Advaita, désigne l'unité primordiale qui sous-tend la diversité apparente du monde.

L'originalité et le  grand intérêt de l’Advaïta est que vous n’avez aucun besoin d’une formation, aucun besoin de croire en quoi que ce soit.  Il suffit d’avoir  l’aspiration de se connaître soi-même pour  réaliser la Vérité de l'Advaita. Cependant un grand sérieux et un profond engagement sont requis.  

 

A l'origine une expérience, un dévoilement

1. Nous sommes Conscience pure.
2. Avant que les objets ne soient, la Conscience pure est.
3. Alors que les objets sont perçus, la Conscience pure est.
4. Quand les objets disparaissent,  la Conscience pure demeure inaffectée.
5. En dehors de la Conscience pure, il n’est rien.
6. Au sein de la Conscience pure réside le pouvoir qui projette les objets.
7. Lorsque les objets sont projetés, la Conscience pure est joie.
8. Lorsque les objets disparaissent, la conscience pure demeure joie.
9. La conscience des objets est l’Univers.
10. La conscience de l’absence d’objets est Plénitude.

*

Quoi qu'il semble se passer
Sachez que cela s'applique uniquement au corps-esprit
C'est le jeu de la conscience
Le Soi n'est affecté en rien. Le Soi demeure
Il est Pure Connaissance. Pure Présence

AVADHUTA GITA

La Réalité est seule partout égale, disent les sages.
Et c'est en renonçant aux passions
que la pensée cesse d'être une ou multiple.

Les textes sacrés nous disent de mille façons
que tout cet univers, du ciel jusqu'à la terre,
n'est que l'eau d'un mirage.

Si tu es identique à l'Un, égal en toute chose,
pourquoi pleurer, Ô Pensée, toi qui partout es la même ?

Quand il n'y plus rien, plus rien à rechercher,
il n'est plus rien, plus rien, à désirer.

C'est immergé dans la perception de l'égalité des choses,
c'est concentré et purifié
que l'Avadhuta dit la Réalité ultime.

Le mobile et l'immuable sont irréels,
Le visible et l'invisible sont irréels.
Si seule la Réalité est en soi,
Pourquoi pleurer, Ô Pensée, toi qui partout es la même ?

Ni espace dans la jarre,
ni jarre, ni corps ni âme,
nulle répartition entre cause et effet,
pourquoi pleurer, Ô Pensée, toi qui partout es la même ?

Père, mère, famille, race,
naissance, mort n'ont jamais pour moi d'existence.
Comment parler alors de passion et d'illusion ?
Ma nature est Béatitude, je suis libre.

*

"Ce désir de liberté, d’amour, de vérité, ou de Dieu, doit être intense. Si vous désirez la liberté plus que tout, alors ce désir lui-même annihilera tous les autres désirs. C’est pourquoi le désir de réalisation doit être intense, et prioritaire. "  (Priyananda)

 *

La soif de liberté doit être dévorante.

Mais, cela ne s’apprend ni ne s’acquiert, cela surgit des profondeurs de soi-même.

 C’est la réalité qui vous interpelle

et c’est ce pressentiment qui vous dote d’une extraordinaire ardeur,

au point d’en emplir toute la conscience. C’est le reflet de la vérité.

 

 Voir à travers nos pensées, permet de découvrir un espace de clarté et de paix,qui est au delà du mental.  

Une présence transparente et une joie sans objet, émergent lorsque le mental s'appaise

et que l’on est simplement présent à ce qui est, dans l’instant, libre de toute identification.

*

Ce que vous voyez et percevez est en vous et non à l'extérieur.

Vous n'êtes pas limité dans le corps.

 

Tous les yogas sont Un.

Il n'y a pas de Jnana yoga, sans Bhakti yoga.

DANS TOUTE LES RELIGIONS,

il est dit que Dieu est l’omnipotent, l’omniprésent, et l’omniscient.

Ce qui veut dire qu'il est partout, et qu'il n'y a pas un endroit où il n'est pas.

Quelle place reste-t-il, pour un « moi » où Dieu ne serait  pas ? .

Où vous situez-vous, si Dieu est  toute présence ?

 

o

 

La relation avec le corps relâché était une des clefs de son enseignement. Elle servait de porte de passage pour l’accès au réel illimité dans une conscience multidirectionnelle, rendant la pédagogie du passage accessible à tout élève courageux et épris de liberté. Sa voie était progressive, directe mais aussi respectueuse de l’évolution en devenir de celui qui frappait à sa porte, mais il était sans concession pour des phrases toutes mâchées. Le rappel vers le corps était inlassablement évoqué.

*

 "Celui qui brûle de connaître sa vraie nature doit d'abord comprendre qu'il s'identifie par erreur aux objets : «je suis ceci», «je suis cela». Toute identification, tout état, est transitoire, par conséquent sans réalité. Identifier le «je » à ceci ou cela est la racine de l'ignorance. Demandez-vous ce qui est permanent au cours de toutes les phases de la vie. Vous découvrirez que la question : «qui suis-je?» n'a pas de réponse."

 * 

"Lutter pour nous améliorer ou pour progresser ne fait que rajouter à la confusion."

"Les conflits appartiennent à l'ego, pas à l'être humain. Dans votre vraie nature qui est unité aucun conflit n'est possible. Tension, rivalité, agressivité ne concernent que l'ego. "

 

 

 

 

Toutes les perceptions mentales ne sont que des vérités partielles,

aussi ne pourront-elles jamais exprimer pleinement la réalité transcendante

qui est joie infinie.

 

La Vivance, voie de la connaissance du coeur

 

Dès l'instant où cela est reconnu du point de vue transcendant...

naît la perception que je suis l'unique réalité ;

je suis le tout-pénétrant, le Soi, l' Atman.

Âme divine..

Je suis,  nous sommes, toujours  en vérité sans limite.

Nous portons tous en nous cette réalité,

mais nous l'avons oubliée.

La Vivance, la voie de la connaissance du coeur,

nous propose un processus

de rédouverte de notre réalité originelle. 

 

 

La quête

 

Tout est déjà là

Tous nous pouvons le voir et le réaliser.

Alors  nous atteindrons la paix  

L'enseignement de la voie du coeur est  centré sur le  Soi

et la perception du moi. 

Le corps physique auquel nous nous identifions n'est pas notre identité .

Seul le Soi, l'âme, qui est la pure conscience d'être

doit-être trouvé grâce à une quête incessante.

 

Le Soi est silence, imperceptible par les sens et inconcevable par l'intellect.

C'est cette présence absolue qui seule Est et demeure immuable.

Tandis que tout se forme, se transforme et se déforme dans l'univers,

"le Soi" demeure en chacun.

 

 

 La Vivance, démarche phénoménologique s'enracine, dans l'approche de l'Advaita Védanta  et représente une voie de libération de la conscience duelle.

Connaissance unitive du coeur qui émane d'un être libéré de l'ego 

  L'advaita-védanta est la voie de la connaissance, fondée sur la discrimination entre le réel et l'irréel, l'absolu et l'éphémère...

La Conscience qui brille d'elle-même n'est pas le résultat d'un effort. Il n'est nul besoin d'essayer de faire quoi que ce soit, dans l'espoir que soudainement quelque chose se produise et qu'elle apparaisse.

La Conscience est toujours là, maintenant, qu'elle soit reconnue ou oubliée. Ce n'est pas quelque chose qui peut être créé ou détruit.
L’essentiel, c’est : ici, maintenant, vous êtes présent et vous êtes conscient d’être présent.

Réalisez que vous êtes la pure présence-conscience et soyez ce que vous êtes.

Nous pensons que nous devons atteindre quelque chose et puis, rester à ce niveau. Rendez-vous compte que vous ne l’avez absolument jamais quitté. Cela ne demande aucun effort. Vous n’avez rien à tenter, à atteindre, ou à saisir. Vous êtes cela.. 

 

 

 

"Je suis Cela, Je suis l'Atman".  

"Ce que je vous donne c'est l'Atma yoga, pas la bhakti avec tous ses rituels"

 

***

Dans l'advaita vedanta, de l'Inde, brahman - l'absolu - est dit sat-cit-ânanda,

 c'est-à-dire Etre-Conscience-Béatitude. 

 Cette béatitude est éternelle (nityam), pleine (purnam). Nous la connaisons déja. Mais un voile nous la cache, nous sommes identifiés à notre personnalité éphémère.....  

Ainsi, 

 la béatitude de l'éveil n'est pas à créer ;

elle est notre nature véritable.

Voilà qui est une bonne nouvelle!

 Inutile de chercher le bonheur loin et à l'extérieur.

Il "suffit" de s'éveiller à notre vraie nature pour la connaitre.

 

Joie d'être! Joie qui vibre dans l'être, jubile dans l'Ouvert, vibre à chaque instant.

Joie sans cause, sans pourquoi, sans raison,

gratuite et libre.

 Joie spacieuse, immense qui s'élance sans se quitter, qui rayonne sans s'amoindrir,

à l'image de celle du tout petit enfant qui ouvre ses grands yeux purs sur le monde.

 

  

 

 

 

 Cependant l'irruption de la non-dualité dans notre vie ne peut être le résultat d’une quête de l'ego...

 Ce ne serait qu’une forme d'encombrement, de conditionnement et d’agitation pour perpétuer les avidités de devenir.

 Toute velléité de devenir quoi que ce soit, y compris quelqu’un de libre, ne fait qu’ajouter de l'insatisfaction à notre vie.

 

Ultimement, il n'y a rien à atteindre, rien à devenir, aucun obstacle à vaincre, seulement des occasions d'émerveillement.

 

Ni idéal à suivre, ni comportement à adopter, ni technique à pratiquer, mais un total lâcher-prise à vivre!

 Lâcher prise qui conduit à une ouverture essentielle,

 ouverture de l'esprit dans un premier temps, puis ouverture du coeur.

Les émotions et les sentiments  sont  l’expression de l’Être universel.

Mais aussi toutes les actions, les pensées, les désirs, tout est inclus dans cette merveilleuse expression de l’Être.

L’Advaïta ne se focalise pas sur un mouvement particulier. 

Emotions et pensées s’expriment, et disparaissent.

Celui qui est éveillé à la Vérité n’est plus identifié quelque pensée ou émotion. Il ne souffre plus d’aucune insatisfaction car il est libre de toute attente.

Il est un avec le courant naturel de la manifestation.

Bien que des conditionnements puissent encore se manifester, il est libre d'eux.

la sérénité stable, les derniers désirs de l'ego s'évanouissent.

La Présence qui illumine ne te rend pas seulement libre,  

elle te montre aussi clairement que ce que tu es,

est merveille

 

 

Comprenez, ressentez,  

 

 

 
  "POUR TROUVER DIEU, INUTILE DE LE CHERCHER COMME S'IL ETAIT LOIN,  IL SUFFIT DE LUI FAIRE LA PLACE"       
 
 
 
"Je ne suis que le petit enfant de Mère"
 
"J'ai toujours été Cela,
 
mais je me suis endormi.
 
La mort est venue,
 
je l'ai traversé ...
 
pour explorer les mondes intérieurs,
 
et j'ai retrouvé l'Origine.
 
Jamais je n'ai désiré devenir quoi que ce soit.
 
Seule la relation d’amour et de vérité,
 
non de savoir ou de pouvoir, m’attire.
 
 Je suis ainsi et pourtant je suis tout autre.
 
Je ne suis qu'un miroir qui reflète ce qui est..."
 
(Extraits de "La source ineffable")
 
"Enfant, je percevais des "états" non ordinaires de conscience, et j'aspirais à découvrir la Vivante Vérité. Jeune homme, mon monde s'écroula suite au décès de ma compagne. Une sage, une mère spirituelle m'accueillit alors. Et elle m'a guidé dans une quête intérieure profonde, pour savoir, pour comprendre, le sens de tout ça... Et je vis, je découvris l'espace du coeur ... 
 
La vérité libératrice n’est pas statique ; elle est vivante. Elle ne peut être mise sous forme de concepts et ne peut être saisie par le mental. La vérité réside au-delà de toute pensée. Ce que nous sommes se situe au-delà de nos pensées, déjà ici et maintenant. Nous pouvons simplement éliminer les obstacles et mirages... 
 
Assis en méditation depuis trois jours, je m'effondrais d'épuisement ! Désormais, cela me dépassait ; je lâchais prise complétement, je m'abandonnais, cessais tout effort, par total épuisement... J’avais fait tant d'efforts. Et là, sans m'y attendre, une porte s’est ouverte, soudainement. C’est arrivé dans un état de total relachement; c’est  ainsi que cela arrive. Au moment où la recherche s’arrête, où je ne me suis attendu à rien, où tout en moi a cédé, cela se produisit. Une nouvelle conscience se manifesta. Elle venait de nulle part et de partout... "    (extrait de : La source ineffable) 
 
 "Mon parcours conscient commença vers 18 ans, avant je n'étais pas conscient pour comprendre. Vers 20 ans j'étais déja fasciné par les spiritualités orientales, lisant les écrits que je pouvais trouver, la Bhagavad Guita de Sri Aurobindo, les yogas pratiques de Swami Vivekananda, les poésies chinoises taoistes et Krishnamurti.
 
Puis un appel vers l’Inde, se manifesta. Découverte d’un autre monde, d’une autre planète. Un émerveillement. Et un choc.
J'assiste aux conférences de Krishnamurti à Madras... Rencontre avec un sage, Sri Manoharan, à Calcutta, par "hasard". Il me fait plonger dans une autre dimension. Ce que j'avais lu sur les yogis est vrai.
 
Un deuxième voyage et la rencontre totalement inattendue avec Mère (Maa), dans un tout petit ashram traditionnel, en Orissa. 
 Alors commença une autre vie... pour engendrer une nouvelle naissance.
Plusieurs séjours prolongés se succéderont auprès de Mère. La sadhana, le travail sur soi, se poursuit. Intense, totale... Expérience trop intime pour en parler alors. 
 
S'en suivirent trente années de vie simple, tout à fait ordinaire, discrète, jusqu’à comprendre que ce que j'avais vécu pendant mon parcours pouvait aider d’autres personnes à cheminer. 
Alors vinrent des livres, puis des stages, et des entretiens et le témoignage d'un processus: La Vivance... puis la transmission de l'Atma yoga, la voie de l'âme
 
Je ne fais partie d’aucune tradition, même si j'ai cheminé essentiellement en Inde selon la voie de l'Atma yoga. Aujourd'hui, je respire, travaille, témoigne et transmets ce que la vie m'a conduit à découvrir: la joie d'être soi
C'est lors d'une retraite méditative, que j'ai pu découvrir ce que je cherchais depuis des années. Une conscience Une, joyeuse et éternelle se révéla derrière tous les phénomènes de notre monde. La quête a cessé, mais pas le chemin. Une autre étape de vie a commencé. D'abord dans le secret du coeur, puis maintenant dans une ouverture au monde. Car j'ai hésité longtemps à témoigner de ce que je venais de vivre.
 
D'abord je ne rencontrais personne que cela pouvait intéresser. Et puis je ne voulais pas que l'on me regarde trop bizarrement. J'étais changé, tout en ayant bien sur toujours la même personnalité. Mais maintenant, je savais que j'étais conscience illimitée. La personnalité avec ses besoins et insatisfactions s'était effacée. Le monde apparaissait désormais comme un jeu, une pièce de théatre, un espace lumineux 
 
"Une nuit, alors que je pratiquais la méditation, une sensation, que je connaissais, se manifesta. J’étais assis le dos droit. Mon corps fut pris d’un balancement régulier, de droite à gauche. C’était toujours étrange et agréable de retrouver cette sensation. Comme un picotement très fin qui s’élevait progressivement du bas vers le haut du dos. Cela allait régulièrement, mais de plus en plus fort. Ma respiration changeait.
Une grande paix emplit peu à peu tout mon être. Je pressentais que quelque chose d’inhabituel était en train de se passer.
Et tout à coup, ma conscience s’ouvrit soudainement à autre chose. Totalement autre chose.
Une dimension extraordinairement vaste et vibrante d’énergie emplit ma conscience. C’était très puissant et doux en même temps. Une joie extraordinaire m'emplit et rayonna en tout ce que je voyais. Cette « qualité » lumineuse imprégnait tout. Ce n’était pas intérieur, ni personnel, « ma » conscience n’était plus limitée à mon corps… C’était partout, il n'y avait que cela. 
J’étais cette joie et tout ce que les yeux percevaient rayonnait de joie. 
Les objets étaient cette joie, les murs, le sol, l’extérieur qui était visible par la fenêtre, étaient cette joie… La conscience n’était pas limitée au corps, ni à la mémoire... Cette joie était partout." (Extrait de la joie d'être soi...)
          
 

Rencontres

 
 
« Le plus beau cadeau que je puisse te faire est celui de t’aider à prendre conscience de la beauté qui est en toi » (Priyananda)
 
"Oui, Patrick (Priyananda) est un vrai  maître, au sens originel du mot. Son enseignement est rigoureux, précis et clair: avec une pratique guidée et des applications de la vie quotienne expliquées. Le tout avec bon sens, ouverture d'esprit et dans le respect de chacun, de ses blessures, croyances et convictions." (Christophe)
 
Si la démarche de l'Atma yoga vous motive, nous offrons une formation-accompagnement qui se déroule sur un an, comprenant des rencontres libres et des stages. Un cours par correspondance est aussi proposé.
Renseignements   02 41 70 91 39   enpaix@orange.fr
Rencontre à La Ligerie, 49110 La Boissière sur èvre     ....     et   Soueix en été 09140 
 
Blog:   https://patrick-vigneau.over-blog.com/
 
 
 
Lors des ateliers, très simplement, il sera  partagé avec vous un cheminement spirituel appelé la voie ensoleillée, équilibré entre l'exercice et l'abandon à la Mère divine. Il vous sera proposé de prendre conscience qu’au delà des limitations se trouve l’illimité en vous.
C’est notre identité profonde qui nous permet de vivre dans la liberté et la paix, car nous sommes complets à l’intérieur de nous.
Nous sommes  déjà merveilleux, mais nous ne le réalisons pas !
Comment lâcher son identité illusoire ?
 
 Seul l’Abandon total permet à « CE QUI EST » d’être ; c'est la suprême guérison et sans lui toutes les thérapies ne sont que de simples outils...
En vérité, il n’y a rien à apprendre, mais tout à désapprendre, parce que l’Existence infinie est déjà en chacun de nous.
Le réaliser demande ouverture et adaptabilité, mais aussi engagement total; Nous pouvons éveiller notre vie à l’harmonie du mouvement de Vie.
"Les visions, les messages et les sons mystiques qui peuvent se manifester au cours de la méditation doivent être considérés comme des distractions et des tentations dont l'ego rafolle. Jamais tu ne dois s'y laisser prendre.…" (Manoharan)
 
***
 
Aujourd'hui, je vis l'expérience du moment, que ce soit avec une personne, un auditoire ou avec le chat de la maison, sans artifice, sans prétention. En ce présent est une plénitude. Fondamentalement, je n'ai rien à apprendre à personne. Mais je souhaiterais m'inscrire dans cette perspective : 
En offrant aux autres ce que je suis profondément, cette action éveille de la gratitude et de l'amour, mais cela ne vient pas de mon moi.  
 
Bien que présentant essentiellement des exercices de relaxation, de respiration et méditation, je voudrais surtout rappeler que la paix de l'esprit est le seul gage de justesse. Le corps est le fondement de notre croissance spirituelle. Mais non sa fin. Nous allons nous élever toujours plus vers la joie suprême, celle de l'âme . Enfin, précisons que la pratique est vaine si elle ne parfume pas notre quotidien 
 
Le mot « spiritualité » est souvent associé la religion ou la médiumnité, le channeling, les pouvoirs psychiques.... Pour moi, la vie spirituelle, telle que je l’ai vécue n’a rien à voir avec ces phénomènes. La spiritualité est UN PROCESSUS d’éveil de la conscience. Cela exige de se défaire de la personne que nous pensons être ou voudrions être et de tous nos acquis, afin de réaliser notre vraie nature divine.
 
Un changement fondamental dans la conscience ne peut émerger que d'une évolution radicale dans les mécanismes psychologiques. Un tel changement doit passer par une sorte de mutation du vieux cerveau conditionné  afin d'accéder à une vraie liberté.

liens

Aucun article nʼa été trouvé.

Le mental est une étape,

le coeur est l'ultime vérité

 

   Atma Yoga

 

  

 

 

 

 

*